.
,

5 et 6 décembre 2017 : Séminaire d’Athènes, Grèce, « Innovative Practices: Dignity, Solidarity and Humanity with Persons in Exile »

Pour donner suite au séminaire de Paris, Amel International et le Samusocial International, avec le soutien actif d’Amel France, ont organisé, les 05 et 06 décembre, un second séminaire à Athènes, Grèce.

Les objectifs de cette seconde étape étaient les suivants :

-    Revoir et adapter les recommandations issues du séminaire de Paris avec une grande variété de participants, à l’échelle européenne, régionale et internationale, visant à inclure des perspectives additionnelles et notamment celles des initiatives de la société civile ;

-    Partager des pratiques innovantes et les leçons apprises par les initiatives de la société civile dans la réponse à la crise migratoire actuelle, capitaliser et disséminer ces pratiques à l’échelle européenne, régionale, voire internationale ;

-    Favoriser une meilleure compréhension et un meilleur partage de connaissances entre les initiatives de terrain, les universitaires et les institutions ;

-    Plaider pour la mise en place d’un nouveau modèle d’immigration pour les personnes en situation d’exil, sur la base des pratiques innovantes et des réflexions mises en avant par les universitaires et les professionnels de terrain, afin de promouvoir la dignité et l’humanité de ces personnes.

Pendant ce séminaire, dans la continuité de celui organisé à Paris en octobre 2017, 100 chercheurs, acteurs de terrain, officiels et initiatives de la société civile, se sont réunis afin de partager leurs pratiques innovantes et de discuter d’actions conjointes de plaidoyer, afin de promouvoir un nouveau modèle de migrations, basé sur l’humanité, assurant l’accueil des personnes en situation d’exil.

Ce séminaire a permis aux participants, dans le cadre de sessions de travail, d’énoncer les défis auxquels ils sont confrontés sur le terrain. Ils ont ainsi pu formuler des propositions d’actions conjointes, qui pourraient être répliquées dans la région euro-méditerranéenne. De plus, dans le cadre de tables-rondes, différentes recommandations ont été formulées par les participants, incluant notamment :

-    Définir des stratégies afin de promouvoir l’implication de tous les acteurs, et particulièrement les initiatives de la société civile, dans les dialogues globaux, en lien avec les migrations et les réfugiés. Ainsi, les participants ont appelé les gouvernements et les organisations internationales à l’inclusion effective des organisations de terrain dans les consultations sur le Pacte mondial sur les réfugiés ainsi que le Pacte mondial pour les migrations.

-    Développer des réseaux d’acteurs de terrain afin que les personnes en situation d’exil avec des besoins spécifiques - incluant les mineurs non-accompagnés, les LGBTQI, les victimes de violations des droits humains, les personnes en situation de handicap, etc. – puissent accéder à des solutions adaptées de protection et d’orientation. À titre d’exemple, les participants ont demandé que les regroupements familiaux, pour les mineurs non-accompagnés, fassent l’objet de procédures rapides et simplifiées.

-    Mener des actions de plaidoyer, incluant les organisations de terrain, les initiatives de la société civile ainsi que les autres acteurs concernés, à travers des réseaux Sud-Nord, pour le droit à la mobilité pour tous, sans discrimination.

-    Garantir aux personnes en situation d’exil les moyens leur permettant d’assurer leur autonomie (à travers des cours de langues, des opportunités d’emploi ainsi qu’un accès aux services sociaux de base) et impliquer en amont les communautés hôtes dans ce processus d’ « intégration ».