.
,


24 octobre 2017 : Séminaire de Paris « Humaniser l’accueil des personnes en situation d’exil : Regards croisés d’experts et d’acteurs de terrain pour des solutions durables »

Musée national de l’histoire de l’immigration, Paris, France  


Objectifs et Résultats

Amel Association International et le Samusocial International (SSI), ONG fondées respectivement par le Dr. Kamel Mohanna et le Dr. Xavier Emmanuelli, considèrent qu’il est urgent d’organiser une réflexion collective commune autour de la question migratoire, pour discuter de pratiques, expériences et politiques innovantes assurant la dignité, la solidarité et l’humanité des personnes en situation d’exil.

Dans ce sens, Amel International et le SSI ont organisé un séminaire à Paris, en octobre 2017, avec le soutien de leur partenaire local, Amel France. Les objectifs de ce séminaire ont été définis à partir d’un constat simple : les différents acteurs impliqués dans la réponse à la crise migratoire que connaissent actuellement l’Europe et plus généralement le monde, communiquent peu. Le monde universitaire et de la recherche n’est pas suffisamment connecté aux acteurs humanitaires et aux initiatives citoyennes actives sur le terrain. De la même façon, les connexions et contacts ne sont pas toujours réguliers entre les institutions nationales et internationales, les bailleurs de fonds et les acteurs de terrain. Par conséquent, les objectifs du séminaire de Paris étaient les suivants 

Objectif global : 

- Agir contre l’exclusion et la vulnérabilité des personnes en situation d’exil et anticiper leur accueil.

Objectifs spécifiques :

-    Favoriser la confrontation des idées, des expériences et des pratiques entre acteurs de terrain, universitaires et institutions nationales et internationales.

-    Aboutir à l’élaboration de recommandations et de propositions constructives dans un esprit de consensus, sur la base des discussions de tous les acteurs impliqués dans la réponse à la « crise » migratoire.

Le séminaire de Paris s’adressait essentiellement à des personnes directement impliquées, à différents niveaux, dans la réponse à la crise migratoire actuelle. Il a réuni environ 180 participants, incluant :

-    Des représentants d’institutions françaises, notamment des Ministères de l’Intérieur et des Affaires Etrangères, de l’OFII et de l’OFPRA ;

-    Des membres d’ONG internationales : Médecins du Monde, Médecins sans Frontières, JRS, etc.

-    Des membres d’associations nationales françaises : Croix-Rouge Française, GISTI, La Cimade, Dom’Asile, Comède, etc.

-    Un certain nombre d’initiatives françaises (Kiron, Singa, Forum Réfugiés – COSI, etc.), grecques (MDM Greece, CAMPFIRE Innovation) et italiennes (Communauté Sant'Egidio) étaient également représentées.

-    Des chercheurs étaient également présents – Pascal Boniface et Catherine Withol de Wenden, entre autres.

Les principales recommandations et conclusions résultant du séminaire de Paris sont les suivantes :

-    Institutionnels comme chercheurs, juristes et acteurs de terrain présents ont souligné le glissement des catégories de l’asile et la transformation du profil des arrivants induits par les évolutions historiques et politiques globales. La distinction entre migrants économiques et réfugiés entraîne une stigmatisation généralisée des personnes en situation d’exil.

-    Concernant la situation des mineurs non accompagnés, un appel unanime a été lancé pour un respect inconditionnel des droits et intérêts supérieurs de l’enfant.

-    Afin de transformer l’organisation géographique des migrations, provoquant exclusion, exploitation et mort, les intervenants ont tous relevé l’importance de multiplier les voies légales d’entrée sur le territoire européen et français.

-    Concernant l’accueil et l’intégration durable, une fois le droit au séjour accepté, les recommandations vont unanimement vers l’augmentation des moyens alloués aux dispositifs d’intégration – en particulier à l’apprentissage du français – ainsi qu’au renforcement des moyens d’évaluation de ces derniers. Les intervenants ont également tous soulevé la nécessité d’un travail commun de tous les acteurs économiques, sociaux et politiques, publics comme privés.

 

Amel et le SSI croient que la solidarité doit nécessairement se matérialiser par des actions concrètes prenant en compte la voix de tous et acteurs impliqués et assurant la dignité et l’humanité de tous.